Lors du Congrès Fédéral à Saint Malo (Décembre 2021), les délégués ont rédigé la résolution suivante : 

 

Motion

Branche Pharmacie d’Officine

 

Les délégués représentant les syndicats Force Ouvrière de la Pharmacie d’Officine, présents à Saint-Malo les 4 et 5 décembre 2021 pour le 42ème Congrès de la Fédération Nationale Force Ouvrière des métiers de la Pharmacie, LBM, Cuir et Habillement, se sont réunis en commission de travail, sous la présidence d’Olivier CLARHAUT, et ont défini les orientations stratégiques que la Fédération soutiendra au cours des quatre années à venir.

 

Contexte professionnel général

Les délégués constatent que, malgré une amélioration globale de la situation économique de la pharmacie d'officine, les salariés de la branche sont toujours impactés négativement dans tous les domaines.

Ils dénoncent le durcissement des méthodes de management, la dégradation des conditions de travail, notamment tout au long de la crise sanitaire.

 

Salaires

La masse salariale étant la principale variable d’ajustement, la politique de rémunération conventionnelle reste notoirement indigente. La négociation reste basée sur l’indice des prix à la consommation ou l’augmentation du SMIC et pénalise durement les salariés.

C’est la raison pour laquelle les délégués revendiquent :

  • Des niveaux de salaire décents, en rapport avec les responsabilités exercées,
  • Une valeur du point significative pour éviter le tassement de la grille qui ne différencie pas suffisamment le coefficient 100 du 240, premier échelon de préparateur,
  • Une augmentation de la valeur du point permettant de retrouver le salaire du coefficient 470 au niveau du plafond de Sécurité sociale,
  • La reconnaissance salariale de l’exercice des missions émergentes (tests, vaccination, etc…)

 

 

Formation initiale du Préparateur en Pharmacie

            Les délégués réaffirment leur volonté de voir aboutir la réforme du diplôme de Préparateur en Pharmacie. Ils militent pour l’unicité du nouveau diplôme, au niveau Licence, et désapprouvent la création de deux diplômes distincts car peu d’élus se verront offrir la possibilité de poursuivre leurs études vers la licence pro, après le DEUST.

            En effet, la revalorisation du diplôme de Préparateur en Pharmacie, attendue depuis tant d’années, ne peut déboucher sur une diplomation à deux vitesses, dont une extrême minorité aura accès au niveau Licence.

 

 

 

 

CPNEFP

Les délégués souhaitent que les études initiées par la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi et la Formation Professionnelle (CPNEFP) de la Pharmacie d’Officine ne restent pas au stade des constats mais aboutissent à des solutions concrètes, notamment en matière d’emploi où l’action reste à venir.

 

Négociation conventionnelle

Les délégués réaffirment leur profond et indéfectible attachement au dialogue social et à la pratique contractuelle dans le cadre de la politique conventionnelle.

Concernant les chambres patronales, ils dénoncent :

  • La volonté constante d’organiser la stagnation voire le recul social avec l’accompagnement de certains syndicats,
  • Le fait de venir en commission paritaire sans mandat de négociation ou avec une proposition définitive sans possibilité de véritable négociation,
  • La tentation de tout reporter au niveau de la négociation d’entreprise, là où elle est difficile voire impossible.

Ils entendent d’une part, défendre les garanties actuelles et, d’autre part, en négocier de nouvelles, afin de faire évoluer la Convention Collective. Ils insistent sur la conclusion d’accords collectifs au caractère normatif et obligatoire.

Ainsi, ils revendiquent notamment :

  • L’amélioration des classifications
  • De réelles négociations salariales
  • L’amélioration des garanties prévoyance et santé, avec l’étude d’une nouvelle garantie « Dépendance »
  • La refonte de l’accord portant sur les conditions de travail

 

 

Syndicalisation

Convaincus de pouvoir faire évoluer le rapport de force en faveur des salariés par une nouvelle vague de syndicalisation, les délégués invitent tous les salariés de la Pharmacie d’Officine, quelle que soit leur qualification, à rejoindre les syndicats de notre Fédération nationale FO, première organisation syndicale représentative en Pharmacie d’Officine, afin de mettre fin à l’isolement et à la méconnaissance en matière de droit du travail, qui mènent trop souvent à une gestion arbitraire des relations sociales dans l’officine.

 

 

Adoptée à l’unanimité par le Congrès de Saint-Malo le 5 décembre 2021