---------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

Le CSE en période de crise sanitaire

 

 

Plus d'informations ici !

 

 

INFORMATION FEDERALE

 

Branche des Laboratoires de Biologie médicale extra hospitaliers SALAIRES MINIMA

 

Cher(e)s camarades, Une réunion de la Commission paritaire nationale de négociation et d’interprétation (CPPNI) a eu lieu en visio conférence le Jeudi 14 mai. A la demande de Force Ouvrière, un des points à l’ordre du jour était de reparler de l’augmentation des salaires minima 2020 dans la branche. En effet, lors de précédente réunion en février, le patronat avait fait une proposition d’augmentation de 1%, refusée par les syndicats. Force Ouvrière a demandé que le Syndicat des Biologistes révise sa position et présente « a minima » une grille qui tienne compte de l’augmentation du SMIC 2020 à savoir 1.2 au 1er janvier 2020. Lors de la réunion du 14 mai les employeurs ont confirmé vouloir rester sur leur position, à savoir seulement 1%. Pour FO cette proposition est indécente, inférieure à l’augmentation légale du SMIC ce qui a pour effet d’écraser la grille de salaires de la Branche et ne reflète en rien l’implication des salariés au quotidien ni la nécessaire augmentation du pouvoir d’achat, qui plus est dans la période actuelle. Portez-vous bien, prenez soin de vous et de vos proches.

 

Amitiés syndicales. Jacques TECHER Sylvia VEITL Secrétaire Général Secrétaire Fédérale Branche LBM

 

 COMMUNIQUE FEDERAL

 

Depuis le début de cette crise sanitaire, la Pharmacie d’Officine connait des difficultés face au manque d’équipements de protection individuelle indispensables au maintien de la sécurité et de la santé au travail, dont l’employeur est responsable. En première ligne face au public, les salariés ont ressenti de multiples inquiétudes et ce fut l’occasion de larges expressions d’un malaise et d’interrogations légitimes que notre organisation syndicale prend pleinement en considération.

Ainsi, il nous a fallu rappeler au Ministère de la Santé que le Préparateur en Pharmacie est au contact de la clientèle au même titre que le Pharmacien et méritait également de bénéficier de masques de protection pour exercer sa mission en sécurité. Nous avons reçu une réponse positive du Ministre ce matin même…

Cet épisode a mis en lumière le manque de visibilité de la profession de Préparateur en Pharmacie et, par extension, le manque de reconnaissance sur tous les plans : rémunération, perspectives de carrière, missions spécifiques, etc… Conséquence : un affolement généralisé sur les réseaux sociaux, notamment, et une prise de conscience d’une nécessaire action collective. Nous sommes sensibles à ce sursaut de l’intérêt commun même s’il s’exprime actuellement de façon variée, voire décousue…

Bien évidemment, l’intention est bonne et l’objectif louable mais est-il pertinent de vouloir créer des structures alors qu’il existe déjà des collectifs qui sont organisés et reconnus comme interlocuteurs par la loi ? Il semble utile de le rappeler ici : des professionnels qui se regroupent pour défendre collectivement leurs intérêts communs et qui sont les représentants officiels des salariés auprès des chambres patronales et des pouvoirs publics, ça existe déjà et ça s’appelle… un syndicat ! Il faut se souvenir que la représentativité syndicale est inscrite dans la loi du 20 août 2008, qui définit en particulier les modalités de mesure de l’audience syndicale tous les quatre ans. Ainsi la représentativité des syndicats dans les entreprises, les branches et au niveau interprofessionnel est définie périodiquement par décret. Dans ce cadre légal, une association ne peut prétendre à représenter une profession de manière officiellement reconnue puisque n’ayant pas le statut d’organisation syndicale représentative. De nombreuses questions sont posées : reconnaissance du Préparateur par une carte professionnelle, par un Ordre ? Si la question est légitime, ces hypothèses ne sont que poudre aux yeux puisque le Préparateur n’est pas un professionnel de santé autonome, ni libéral ni paramédical. Une carte professionnelle pourrait être délivrée par les ARS mais, malgré nos sollicitations, il n’existe aucun dispositif de centralisation des professionnels diplômés.

De même, le recours à un Ordre n’a aucun sens : les infirmiers l’ont bien compris car ils doivent maintenant cotiser pour travailler… A l’évidence, puisqu’il exerce sa mission sous le contrôle effectif d’un Pharmacien (auquel il est subordonné), le Préparateur ne peut résolument entrer dans ce schéma. Peut-on imaginer une carte professionnelle ou un Ordre pour les clercs de notaire ? A qui les salariés de la Pharmacie d’Officine peuvent-ils faire confiance pour la défense de leurs intérêts : • A des syndicalistes qui, depuis des années, consacrent la majeure partie de leur temps personnel à la négociation de la Convention Collective et à l’information de leurs adhérents et y ont acquis une solide compétence dans le domaine ? • A un groupe d’individus, possédant certainement des intentions louables, mais sans que personne ne leur ait donné la moindre légitimité collective ? La question mérite que l’on y réfléchisse et cette période de confinement ne doit-elle pas nous permettre de mettre l’urgence à distance pour mener une réflexion approfondie ?

Paris, le 5 mai 2020 Olivier CLARHAUT Secrétaire fédéral de la branche Officine

 

Il nous semble indispensable de proposer à nos adhérents et aux salariés de la Pharmacie d’Officine une source d’information fiable. Il arrive que certains sites de presse professionnelle renseignent les salariés mais c’est la vocation première d’une organisation syndicale que de fournir des renseignements valides en matière de droit du travail…

 

Première source d’information :

Le site web de la Confédération FO qui a ouvert un dossier dédié aux conséquences sociales du Covid19 : c’est ici.

 

Activité-partielle__Note_Syncéa.pdf

Accord de performance collective

Activité partielle_Covid-19_8 avril 2020

Veran_EPI_officine 08/04

Communiqué fédéral du 24 mars 2020 

Arrêt-maladie pour garde d’enfants 

Note Syncéa concernant l’activité partielle 

Modification des congés payés 

Réduction des horaires de travail 

Groupe Legrand, FAQ COVID19 du 31/03

Lettre Offic 

Cher(e)s camarades, Cher tous,

Face à la situation de pandémie que traverse notre pays et au regard des consignes de confinement, la Fédération FO de la Pharmacie, LBM, Cuir et Habillement a fermé ses portes mais continue autant que possible son activité notamment par courriel.

Toute l’équipe de la Fédération et son Secrétaire Général vous souhaite à toutes et tous bon courage et de la patience. Nous ne pouvons par ailleurs que vous recommander de suivre toutes les consignes de protection des pouvoirs publics et des professionnels de santé afin que cette situation soit la plus courte possible et que des vies soient sauvées.

Nous tenons également à apporter tous notre soutien aux salariés de tous les secteurs d’activités qui assurent des services essentiels et en particulier des Pharmacies d’Officine et des Laboratoires de biologie médicale.

Pour eux la Fédération FO de la Pharmacie, LBM, Cuir et habillement rejoint les revendications confédérales et demande que ces salariés soient également destinataires d’équipement de protection.

BON COURAGE A TOUS

Amitiés syndicales

 

Documents disponibles:

 

FLASH-INFO COVID-19

Activité partielle_mars 2020

La lettre de l'Officine

Ordonnance CP et RTT

 

1/ Questions/réponses Coronavirus - COVIDE - 19 sur MonCompteFormation :

https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/20200317_qr_coronavirus_moncompteformation.pdf

2/ Questions/réponses Coronavirus - COVIDE - 19 sur l'apprentissage :

 

3/ Questions/réponses Coronavirus - COVIDE - 19 sur la formation professionnelle des salariés, alternants et personnes à la recherche d'emploi :

 

Jacques TECHER

Secrétaire Général

 

La direction des Laboratoires Boiron a annoncé ce mercredi 11 mars 2020 un PSE d’une ampleur sans précédent avec la fermeture de 12 sites de distribution (Belfort, Brest, Grenoble, Limoges, Niort, Paris Bois d’Arcy, Paris Ivry, Pau, Rouen, Strasbourg, Avignon et Toulon) ainsi que le site de production de Montrichard.

 

Ceux sont 646 postes au niveau national (soit environ 25% des effectifs) qui sont impactés dont 496 dans la distribution d’ici fin 2021. Dans la distribution c’est la moitié des emplois qui sont impactés.

 

Ce plan de réorganisation que l’on nous dit basé sur les conséquences des attaques virulentes contre l’homéopathie et sur son déremboursement programmé, alors que FO avait déjà en son temps alertée sur les risques sur l’emploi.

 

Aujourd’hui malheureusement la Direction persiste dans sa vison d'économie et court-termiste.

 

Pour FORCE OUVRIERE, ce projet semble peu crédible et nous doutons qu’il aboutisse à la pérennisation des activités de nos sites de distribution

 

FO dénonce ce plan et demande l’ouverture du dialogue social avec la négociation d’un accord de méthode aboutissant à un calendrier réaliste.

 

Cependant étant donné la période de crise sanitaire que traverse notre pays, et afin de donner toute l’attitude aux délégués pour négocier dans de bonnes conditions, FO demande la suspension de ce PSE.


Contacts FO  :

 

  • Vincent MOUNIER, Délégué syndical central FO Boiron (06-26-92-43-43)
  • Jacques TECHER, Secrétaire Général de la Fédération FO Pharmacie (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)